Chargement

Show info

Publié 31 janvier 2019

Marketing 2.0 : Les influenceurs

Vous avez déjà sûrement entendu parler « d’influenceurs »… Que ce soit sur Instagram ou Youtube, ils sont suivis par des milliers parfois des millions de followers !

Influenceur est aujourd’hui un véritable métier. Du nano-influenceur au méga-influenceur, il aura fallu des années pour que cette notion et que les influenceurs soient pris au sérieux. Ils sont les porte-paroles des marques, véhiculent leur image, parlent de la marque et la mettent en valeur dans leurs contenus.
Ce choix de marketing repose sur le simple fait que le public crédibilise plus facilement les paroles de ces personnalités, les considérant comme leurs pairs : « si une personnalité recommande ce produit, il me convient forcément à moi aussi… »

Au Japon, une autre tendance commence à voir le jour…

Kizuna Ai suscite toutes les attentions puisqu’elle a la particularité d’être la première Youtubeuse virtuelle au monde !

En effet, si vous allez faire un tour sur sa chaîne Youtube, vous verrez l’avatar d’une jeune fille tout droit sortie d’un manga et dotée d’une intelligence artificielle. Elle publie quasiment quotidiennement sur sa chaîne et s’approche des 3 millions d’abonnés.
Ce nouveau phénomène porte un nom : Vtubeurs (ou vitual Youtubeurs).
Depuis, de nombreux japonais s’y sont mis et développent leurs propres personnages.

Réelle tendance ou simple effet de mode ?

Un événement marquant datant de début 2018 a lui aussi fait parler : la collaboration inattendue entre Louis Vuitton et Lightning. Son nom ne vous dit probablement pas grand chose mais elle est l’un des personnages principaux du jeu Final Fantasy. Avec ses cheveux roses et d’ordinaire à porter des armures, elle était loin de l’égérie standard à laquelle l’audience pouvait s’attendre !

Certains journalistes ont même doté Lightning d’une personnalité et en allant jusqu’à l’interviewer !

Les grandes maisons de coutures et le monde de la beauté popularisent de plus en plus ces personnages et les collaborations avec les marques se multiplient. De la maison de couture Balmain avec la top-model virtuelle Shudu au partenariat entre UGC et Lil Miquela, ces personnalités sont considérées comme de réels influenceurs malgré leur ineffective existence.

Et la confiance ?

C’est là que réside un problème majeur de ces influenceurs d’un nouveau genre. Il ne faut pas oublier que la génération des 18-34 ans est la plus influençable de toute. Face à ces images lisses, polies et montrant une vie idéale, un premier malaise, et pas du moindre s’installe…

En effet, bien des complexes sont irrésolus face à des icônes mode usant des retouches photos à excès et l’arrivée de modèles virtuels n’arrange rien. Dans un monde où le « zéro défaut » fait encore loi, ces nouvelles égéries ne rassurent pas les plus jeunes quant à leurs conditions physiques.

En France…

En France, la problématique des influenceurs virtuels et le problème d’éthique qu’ils entraînent n’ont pas encore été soulevés.

Il reste toujours la possibilité la plus fiable de faire appel à des influenceurs réels pour promouvoir les marques. Il existe pour cela des plateformes spécialisées dans ce domaine.

Alors plutôt que de se lancer sur une tendance à l’avenir encore incertain, misons sur des valeurs sûres 😉

 

 

Source : Webmarketing&Co’m

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.